Partagez|

SUJETS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Admin
TABBY ★ je n'trouves pas ma place dans vos fantasmes.
avatar

Date d'inscription : 17/06/2008
♦ messages : 459
♦ copyright : © CRISTALLINE
♦ housing : 1666 ROSENEATH W/ LIZZIE
♦ multinicks : AUCUN


ARE YOU AFRAID ?
AGE: 19 YEARS OLD
JOB: WORKING IN THE CENTER LIBRARY
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: SUJETS Sam 12 Juin - 0:43


« J’espère qu’ils ont prévu assez de produits de lavage sinon, je vais être obligée d’aller faire le plein de stock. A moins que je demande aux femmes de ménage si elles ne peuvent pas m’en passer. Après tout, elles doivent avoir un bon stock, elles, non ? » Lynne soupira tout en roulant des yeux alors qu’elles gravissaient les étages pour rejoindre le quatrième niveau de l’hôtel. Maggie était une véritable bavarde quand elle s’y mettait mais, si le sujet pouvait être un minimum intéressant, cela ne l’embêterait pas autant. Mais entendre les jérémiades de sa future colocataire à propos des produits ménagers étaient particulièrement ennuyants et très agaçants, à la longue. Mais la jolie blonde n’arrivait pas à s’extraire de cette obsession quasiment maladive de la propreté et du rangement ainsi que de l’hygiène et la santé. Au moins, ça lui occupait un peu les esprits. L’île semblait bien agréable et les gens qui y logeaient comme elles aussi. Mais, de toute façon, Maggie n’était pas forcément là pour se trouver des amis. Enfin, si elle peut s’en faire, tant mieux. Cependant, la discrétion était tout de même ce qu’elle pensait de plus judicieux à faire pour l’instant. « Oh et il faut que je demande des lingettes nettoyages écologiques. Je ne supporterai pas de manger dans des assiettes tripotées par des inconnus. Tu sais combien de chances il y a d’être infecté juste par le simple toucher des couverts ? » Lynne passa devant elle avant de se retourner et de la prendre par les épaules, la fixant droit dans les yeux. « Si tu veux que notre colocation soit des plus agréables, tu as plutôt intérêt à parler moins. Voire même, ne pas parler du tout. Okay? » Maggie fronça un sourcil, l’air de ne pas comprendre, avant de rouler des yeux et de hocher la tête. Elle n’eut pas le temps d’affirmer par oral ses propros que sa camarade avait déjà reprit le trajet tout en reposant les yeux sur les clés où était notées le numéro de leur chambre. « Désolé. C’est que je peux vite partir dans des blablations totalement inutiles et plutôt pénibles. Mes parents ont essayé de trouver un remède contre ça mais ils n’ont pas réussi. Alors ils ont cru que j’étais hyperactive. Hyperactive de la langue, quoi. Enfin, pour parler, hein ! Pas pour… » « Maggie ! » Cette dernière tourna ses doigts entre eux avant de baisser la tête et de tenter de garder ses lèvres closes jusqu’à ce qu’elles arrivent dans leur chambre.

« Je vais sortir un peu. J’ai besoin d’analyser l’équipe de nettoyage, leurs produits et voir un peu l’ensemble des lieux. Ne m’attends pas pour manger… Évidemment. » Magaret adressa un bref sourire à Lynne, qui était plongée dans le rangement de ses produits de soin et autres shampoings. La jeune Horsfall fit sauter ses clés dans sa main quand elle claqua la porte derrière elle, tout en souriant à un passant. Mais, bien évidemment, les clés prirent une direction diverse pour atterrir à ses pieds. Décidément, la chance n’avait pas définitivement refusé de venir sonner à sa porte. Même juste pour cela. C’en était presque désespérant. Mais elle s’y faisait. Elle le devait toute façon. Magaret passa ensuite les deux heures suivantes à parcourir l’hôtel et ses alentours en long, en large et en travers, s’arrêtant parfois pour parler aux membres du personnel qu’elle croisait. D’ailleurs, ils se montrèrent plutôt compréhensifs face aux demandes parfois étranges de la demoiselle. Mais cette dernière avait l’habitude. Alors elle n’y faisait pas forcément gaffe. Sinon, elle n’avait jamais fini.

Aux alentours de 22 heures, Maggie prit enfin la peine de s’arrêter un moment au bar de l’hôtel. Elle n’était pas très branchée alcool, il fallait bien l’avouer. De toute façon, elle n’avait pas non plus eut le plaisir de trainer dans les bars ou les boites de nuit pour prendre du bon temps comme toute jeune femme de son âge. Alors, son niveau côté alcool ou boissons se résumait à vodka, rhum et coca cola. Surement parce qu’avec sa mère, elle avait descendu pas mal de ces bouteilles. Il leur fallait au moins ça pour réussir à tenir le coup sinon, ça aurait été clairement insupportable. Maggie s’approcha du comptoir, les mains se posant sur celui-ci et son regard tentant de trouver les offres faites. Malheureusement, il n’y avait pas la composition de ces cocktails qui semblaient bien agréables à l’œil. En proie de grandes hésitations, Magaret regarda sur les côtés pour voir si elle ne pouvait pas avoir une quelconque aide avant d’entendre une voix prendre commande. « Un cosmopolitan s'il vous plait. » Tapotant ses doigts sur le bois du comptoir, qui semblait plutôt propre, elle avait vérifié, Maggie attendit que la commande du jeune homme qui venait de le demander arrivait en bonne et du forme. Quand elle vit le verre, elle pencha légèrement la tête avant de s’approcher de l’inconnu et s’adressant au barman. « Je veux bien la même chose. » L’inconnu leva les yeux vers elle, l’air perplexe, en voyant qu’elle s’était rapprochée. Maggie lui adressa un sourire désolé. « Ça ne vous dérange pas ? Je ne suis pas très forte en ce qui concerne les boissons. Je ne sais même pas ce qu’il y a dans ce… copo… cospo… Bref, ce que vous avez commandé. » Puis, en faisant soudainement attention à sa petite intrusion, la jeune blonde se sentit encore plus désolée alors qu’elle secoua la main tout en reculant un peu pour tenter de s’éloigner. « Et en plus de voler votre commande, je me permets de voler votre tranquillité. Je suis désolée, je suis vite envahissante. Et en plus, je parle trop. On me le dit souvent. Que je parle trop. J’ai le syndrome de la parlotte, parait-il. Oh et voilà que je recommence ! Je suis un cas désespérée. Promis, je ne vous embête plus. » Et pour appuyer ses propos, Maggie s’éloigna un peu avant que le barman lui pose son cocktail coloré devant elle. Sortant une lingette de son sac, la jolie blonde se permit de nettoyer le verre que venait de tenir l’homme, qui la regardait de travers et a qui elle adressait un sourire d’excuse avant de lever la coupe vers ses lèvres, ne sachant donc pas à quoi s’attendre. Puis, quand le barman commença à s’éloigner, elle l’interpella. « Excusez-moi… Mais il y a quoi, dans ce cocktail ? » Oui, décidément, elle était un véritable cas désespéré.

Revenir en haut Aller en bas
http://testcrissou.forum-actif.net

SUJETS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DE TEST :: MAGARET HORSFALL-